Distance

Un léger bruissement
S’immisce dans la langueur
D’une aube naissante
Tel un doux souffle
Qui caresse la flamme
Tremblotante
Qui tente d’éclairer
Les derniers soubresauts
D’une vie d’illusions.
C’est sans compter
Sur la beauté ineffable
Du monde émergeant
Dans un incessant renouveau,
Créateur d’un émerveillement
De l’âme qui a retrouvé
Dans son interminable voyage
Les rivages sereins du repos.

@Hannacelya, Février 2020

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s