Musique de l’air


Se laisser aller

Se laisser balader

Dans un monde à l’envers

Dans un monde de travers.

Se laisser conter

Se laisser raconter

Dans le froid virtuel

D’une osmose cruelle.

Abandonner le passé

Rêver le Sublimé

Dans le chaos de la violence

Des temps en transe. 

Éclairer les cœurs noircis

Noyés dans les affres du vice

Endormis dans la tiédeur

D’une indicible peur.

Se lever et retomber

Dans un l’ivresse de la vie

Tourbillonnant dans les scories

D’un bonheur enseveli. 

Debout cœur meurtris

Dans l’insondable souffrance fertile

S’ouvrent les bourgeons timides

D’une découverte subtile. 

@Hannacelya, le 18 mars 2019

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s