Douleurs

Dans le calme de la nuit
Les soupirs s’échappent
En cadence
Pour mieux exprimer
Le chagrin qui torture.
Les sourires surfaits
Et les joies feintes
Élèvent un paravent
Gage de tranquillité
Face au visage de l’indifférence.
Les amitiés s’éteignent
Peu à peu
Épuisées par cette douleur
Indicible et constante.
La solitude et le silence
S’imposent pour une survie
Éphémère, miroir de l’illusion.
Les souvenirs s’accumulent
Et deviennent mémoire
D’une ancienne vie.

@hannacelya, 26 septembre 2020

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s