Le paradis perdu

D6C5623D-8E71-40BD-B70F-A08AFF7EFE25

Un jour

La traversée du désert

Les pieds dans le Shéol brûlant

Un jour

C’est le brouillard 

Qui envahit de sa brume

Les récifs de l’Horeb

Un jour,

C’est la pluie

Qui devance la tempête

Jours après jours

Le soleil transperce

Les mystères enfouis

Qui somnolent 

Dans les mélancolies. 

Puis… un jour

Dans la douceur des heures

Là… devant… le regard perdu

Dans l’envoûtement de la mort,

S’élève le murmure des anges

Qui susurre dans le silence

Un message d’amour

En ouvrant la porte du jardin d’Eden

D’où exhalent les senteurs

D’un bonheur

Qui s’était évanoui.

@Hannacelya

3 juillet 2018

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s