Sortilège

Du ciel bleu azur

Se dessine l’espoir

Dans l’imaginaire décousu.

Une trêve inattendue

Balaye les frustrations

Et apaisent les blessures.

Plus rien comme avant

La tempête a balayé

Le bonheur supposé.

L’ouragan bruyant

A dévasté les certitudes

D’un monde meilleur.

Et pourtant,

Le rivage saccagé fait toujours face

A l’horizon des promesses.

Et pourtant,

L’amour brûlant

Attise toujours les soubresauts

De l’agonie des sentiments.

Les carcans de la tristesse

Se dessèchent sous les rayons

D’un soleil renaissant

Laissant timidement transparaître

Les jeunes pousses de l’espérance

Signes de la divine présence.

Rien n’est perdu

Rien n’est gagné

Tout est vacuité.

L’impermanence du destin

Fait jaillir de la tempérance

La sagesse tant dévouée.

Les nuages poétisent

A travers les murmures du vent

Des rêveries joyeuses.

Et dévoilent les complicités

D’un dialogue angélique

Privilège d’une foi inviolable.

@Hannacelya, 9 septembre 2019

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s