Refuge

Comme toutes les aurores Les âmes bercées par le sort Accueillent sans détours Les promesses du jour.  Les ouragans se sont tus Pendant que le souffle du vent Venu d’ailleurs Annonce la trêve tant attendue.  La trêve du calvaire Qui sans cesse  Tournoyait dans l’air Du séisme destructeur.  L’ombre tenace de la tristesse S’estompe en…

Transhumance

  Dans la tranquillité D’un matin d’automne Le reflet de l’été Se met à danser Au sommet des branches ensoleillées.  Une invitation à la poésie des sentiments Dans l’exigence d’une sérénité Qui encre les lignes  D’une résilience chaotique Déformée par la profondeur abyssale  Des ravins traversés.  Cabossé par tant d’épreuves Déchiré par tant de malheurs…

Anniverciel

Un battement d’ailes Un rappel Que ma belle Dans sa joyeuseté  S’est envolée Laissant derrière elle L’image d’une étoile filante Et une kyrielle  D’instants de bonheur D’un amour inconditionnel.  Levant les yeux au ciel À la recherche du « Cygne » Qui de son regard perçant  Scrute les cœurs brisés Pour, dans un élan d’amour…

Chronique d’une re-naît-sens

Quand les pieds foulent D’un pas désaxé Le sol argileux et désertique Qui recouvre l’immensité Du passage de la vie L’ombre poussiéreuse du passé Talonne les fantômes Qui déambulent dans les vestiges Des souvenirs évaporés Du désespéré. Les éclairs assourdissants Surgissent dans les cieux noircis Par l’inconcevable réalité Pour rappeler aux anéantis L’irréelle persévérance D’une…

La ligne de mire

Il y a des matins câlins Il y a des matins chagrins Dans une douce journée Qui s’annonçait dans la gaieté Elle est partie Dans la solitude et le silence D’une âme apaisée.  Les larmes enfin séchées Le corps fatigué et abandonné L’ascension de la montagne sacrée Là au loin, majestueuse Et indomptable Paraît dans…

Mer d’éveil

Adulant ton écume  Glissant sur un bleu Enveloppant,  Recueil des rêves torturés Des destins interrompus Dans la cruauté  D’une réalité endeuillée.  Mer d’éveil Je te retrouve Pour murmurer À ton étendue  Balayée par le vent, La joie de l’été retrouvé Après la traversée Agitée du désert de la mort.  L’été va passer… mais La joie…

Le paradis perdu

Un jour La traversée du désert Les pieds dans le Shéol brûlant Un jour C’est le brouillard  Qui envahit de sa brume Les récifs de l’Horeb Un jour, C’est la pluie Qui devance la tempête Jours après jours Le soleil transperce Les mystères enfouis Qui somnolent  Dans les mélancolies.  Puis… un jour Dans la douceur…