Au bout de la nuit

En marchant au bout de la nuit Les yeux embués par les larmes de rage La rage du désespoir et de la mort Une rage silencieuse Ceux-là ont vu la profondeur De la souffrance, Celle du torturé et de l’abandonné Celle de l’humilié et du mortifié. Durant les nuits sans sommeil Les rêves plongent dans…

Profondeurs

Des entrailles de l’enfer Émergent les temporalités Qui mettent en émoi Le rythme désordonné  D’une vie tranquille.  Paradoxe éternel Équinoxe inévitable Compagnons fidèles De l’âme véritable.  Du brasier s’élèvent Les flammes purificatrices Qui épongent dans le secret Les larmes de désespoir  Du cœur à jamais blessé.  Du fond du cratère S’échappent  Les lamentations du supplicié …

Il y a des jours…

Il y a des jours comme ça Le cœur déborde d’une infinie joie Celle qui imprègne les gènes Celle qui fait chanter et danser Le miroir de l’Infini rencontré. Il y a des jours comme ça Les vagues à l’âme se font rares Celles qui vous laminent Celles qui vous brisent Dans un sinistre fracas….

Miettes de rêve

Demeurer dans le rêve Pour une brève trêve  Dans le tumulte de l’enfer Qui cerne la terre. La vallée des larmes Fertilise le champ de l’âme Qui cherche sans relâche La lumière rédemptrice.  Ne serait-ce une illusion ? Dans un monde de division Ne serait-ce un exutoire ? Dans un monde sans espoir. Rêver Toujours…

Stigmates

Dans la noirceur d’un rafiot venu des mersQui bordent les terres de l’inconnuL’âme en peine,Ballottée par les ressacs de la douleurDe l’arrachementTiraillée par les fers acérésDes chaînes de l’enfer,Cherche dans le SouffleLe monde de l’invisibleTransfiguré par une cruelle réalité. Échouée sur les rivages d’un nouveau pays. Combien de râles ont envahi les cales ?Combien de cris…

Le sentier

Écrire, Offrir la beauté de l’existence Sans ternir avec insistance La noblesse des blessures Les stigmates des fractures. Inscrivant dans les lignes de vie Les morsures du temps Que seules les âmes torturées Arborent dans le secret Des missives dispersées.  A chaque tirades Jaillissent les sillons Encrés par les larmes D’un destin tragique. Bien des…

L’immuable et l’éphémère

Tous deuxVisages de la natureParcouraient la terre des combattants Dans un déluge d’eauDe feu nourrit par l’airDans un bruit de métal broyé Anéantissant le bois de La Croix. Tous deuxCompagnons de voyageDans la tourmenteComme dans l’espéranceParcourent au gré de l’imaginaireL’espace libéré par les souffrances.L’instant magique de l’unicité Dans une éternité révélée.Mystère de l’enchantement divinQue seule la traversée…